Entrepreneurs

La Crépue, le personnage qui aborde avec humour l’intimité et la confiance des femmes aux cheveux frisés et crépus

N’go a créé le personnage de La Crépue pour aborder avec humour les questions d’identité, d’intimité et de confiance des femmes lors de leur découverte du cheveu crépu et frisé. L’acceptation de soi peut commencer par accepter son cheveu et peut être difficile. Quoi de mieux que de l’aborder avec humour ?

Nous avons tenu à rencontrer et à encourager l’initiative de La Crépue, qui gagne à être connue !

 

Comment est née ta websérie « La Crépue » ?

Je suis comédienne depuis environ 4 ans. Après avoir tourné pendant 2 ans avec mon One Woman Show « Enterrement de vie de jeune fille », force était de constater que beaucoup de femmes parlaient des mêmes sujets que moi dans leur spectacle, à savoir l’amour, le célibat…  Je me suis dit qu’il fallait que j’arrive à me différencier, en portant un message que moi seule était capable de porter.

J’avais déjà en tête l’idée des cheveux crépus. Je trouvais que c’était un sujet intéressant car il touche à l’intimité et à l’identité. J’avais envie de créer un personnage valorisant en qui les femmes noires puissent s’identifier, chose qui n’existait pas en France. Je voulais que le personnage me ressemble dans mon point de vue sur les problématiques que j’aborde au  quotidien, et que le tout soit abordé avec humour.

« Je trouvais que c’était un sujet intéressant car il touche à l’intimité et à l’identité. »

Les situations que rencontre La Crépue sont-elles tirées de ta propre expérience ?

La Crépue - Ngo

Bien sur ! Ce sont des situations que j’ai vécues et que d’autres femmes vivent régulièrement qu’elles soient noires ou blanches. Quand je parle de discrimination à l’embauche, ça parle à toutes les femmes !

C’est un sujet sur lequel je ne peux pas mentir : j’ai toujours gardé mes cheveux crépus naturels mais j’ai longtemps porté des tresses avec des extensions. A un moment je me suis dit « Arrête de cacher tes cheveux, porte les complètement naturels et vois ce qu’il en est ». De cette démarche est ressorti beaucoup de force sur ce que je suis. Ça m’a permis de m’affirmer, de révéler  ma place dans la société et le regard qu’on porte sur moi en tant que femme noire. Je ne l’ai pas vraiment découvert mais c’était assez intéressant de le vivre un peu comme un coming-out !

« Ça m’a permis de m’affirmer, de révéler ma place dans la société et le regard qu’on porte sur moi en tant que femme noire »

  Quel message veux-tu faire passer avec cette série ?

Mon but en tant que comédienne est de faire rire les gens et de leur donner de la force. Je suis résolument féministe. Mon humour dans cette websérie est afro-féministe mais j’espère parler à tous les genres et à toutes les couleurs… en donnant le point de vue d’une personne à l’intersection d’une double discrimination : la race et le sexe. Quand je parle de discrimination à l’embauche, je parle à tous. Quand lors de l’épisode de la blind-date, l’homme sort des clichés sur les « Parisiennes » et les « Africaines », ça concerne toutes les femmes… et tous les hommes.  Je ne souhaite pas faire une série communautaire car pour moi il n’y a qu’une seule communauté et c’est l’Humanité.

« Mon humour dans cette websérie est afro-féministe mais j’espère parler à tous les genres et à toutes les couleurs…. »

La Crépue est un programme grand public avec un cœur de cible pour les femmes noires. J’ai choisi ce titre car le cheveu crépu, on ne le montre pas et on le nomme rarement.  Quand une femme noire a un peu de pouvoir ou passe dans les médias, on cache son cheveu crépu. Je me suis dit qu’il fallait qu’on puisse nommer tout le monde par son nom, par ce qu’il est et qu’on accepte chaque différence. Appeler mon personnage La Crépue et lui faire porter mes cheveux crépus naturels, et non pas lissés ou avec de belles boucles, c’est la faire exister, c’est la reconnaître.

« Appeler mon personnage La Crépue et lui faire porter mes cheveux crépus naturels et non pas lissés ou avec de belles boucles, c’est la faire exister, c’est la reconnaître »

Es-tu accompagné d’une équipe pour réaliser les épisodes ?

Oui, mon équipe est composé d’un chef opérateur, d’un conseiller artistique, d’une maquilleuse et d’une coiffeuse ! Elle s’appelle Kathleen Chapin, plus connue sous le nom de L’Artiste qui peint. Elle est géniale, je l’ai rencontré via Facebook, après avoir passé des annonces sur des groupes.

Je travaille aussi avec des acteurs pour les différents épisodes et avec mon frère musicien, Nyounaï, la personne la plus importante car il m’a coaché pour apprendre à chanter « Frisée » ma parodie de « Beat it » de Michael Jackson qui est mon hymne au cheveu afro !

https://youtu.be/PES0tsmYyqc?list=PLOhcSlIduZCgBYRtq_fRyHwDC8oyhgIia

Parle nous de toi ! Tu as toujours porté tes cheveux naturels, comment as-tu su comment en prendre soin ?

J’ai longtemps porté des tresses car c’était pratique. Lorsque je les ai enlevées définitivement, je me suis rappelée les gestes de ma mère pour soigner les cheveux. Jamais de chaleur, elle nous coiffait au fil pour étirer le cheveu en douceur.

Mes cheveux n’étaient pas vraiment abimés vu que je n’ai jamais fait de lissage, mais ils étaient assez étouffés en raison des tresses. J’ai cherché pas mal de conseils de bloggueuses et j’ai choisi celles qui avaient l’air d’avoir une nature de cheveu proche de la mienne. J’ai les cheveux très fragiles et tous les produits ne marchent pas de la même manière sur chaque nature de cheveu.

Je me suis posée beaucoup de questions durant 2 mois (« Comment les laver en gérant le shrinkage (rétrécissement du cheveu crépu au lavage) ? Comment les garder hydratés et démêlés ? »), j’ai testé pas mal de choses pour au final comprendre par exemple que l’huile de coco ne m’allait pas mais que j’aimais bien le beurre de karité.

Je pense qu’il est important de prendre le temps de comprendre son cheveu et de le magnifier. Ce n’est pas que du cheveu, c’est de l’intime, de la connaissance, de l’affirmation et de l’amour de soi,  de la confiance en soi. C’est super que des blogueuses mettent leur savoir à disposition des femmes pour les aider à se comprendre.

« Je pense qu’il est important de prendre le temps de comprendre son cheveu et de le magnifier »

Comédienne cheveux crépus

Aujourd’hui quels sont tes gestes pour ta routine capillaire ?

Je fais très simple : un shampoing, un masque 1 fois par semaine, un peu d’eau ou de leave in et de l’huile d’avocat quand je sens que mes cheveux en ont besoin. Je les touche juste pour savoir, il ne faut pas trop se prendre la tête, moins on y touche mieux ils se portent ! 1 bain d’huile avant le shampoing de temps en temps.

« Je touche mes cheveux juste pour savoir ce dont ils ont besoin. Il ne faut pas trop se prendre la tête, moins on y touche, mieux ils se portent ! « 

J’ai quand même quelques astuces : comme j’ai beaucoup de « shrinkage », je lave mes cheveux attachés en 6 ou 8 grosses nattes lâches. Si je ne fais pas ça, je ressors avec des cheveux super courts !

Je ne laisse aussi jamais d’humidité dans mes cheveux après le shampoing  sinon ils ressortent « cartonnés » sans doute à cause du calcaire. Ma sœur m’a donné un super conseil : je rince mes cheveux à l’eau minéral et au vinaigre de pomme, et il faut que l’eau de rinçage soit égale au PH du cheveu. Ma sœur a toujours un petit papier pour vérifier le PH de l’eau avant de se rincer les cheveux. Et effectivement le cheveu est souple même sans rien avoir appliqué avant !

Quels sont tes produits favoris ?

J’achète mes produits dans un supermarché bio. Ca me permet d’acheter des produits qui ne contiennent aucun ingrédient agressif pour la peau et les cheveux.

Pour citer des produits spécifiques, j’aime bien le beurre de Karité de Natessance. Je crois qu’il y a de l’huile de graine de tournesol dedans. Quand je le met après avoir mis de l’huile d’avocat ou d’amande douce, il adoucit et assouplit beaucoup les cheveux !

J’utilise également le leave-in de Karinga, à base de karité, je fais aussi des masques  au rasshoul et à l’argile rouge pour assouplir les cheveux.

Webserie La crépue

Quel avenir peut-on te souhaiter à toi et à la Crépue ?

Pleins de vues et beaucoup de succès ! Mon personnage va évoluer pour qu’on apprenne mieux à la connaitre et j’aimerais par la suite faire intervenir des guests dans les épisodes.

Je reçois beaucoup d’encouragement via les réseaux sociaux, c’est super motivant ! Je reçois des messages de petites filles qui me disent qu’elles adorent mes vidéos et je trouve ça vraiment génial. Si elles se reconnaissent positivement dans mon personnage aux cheveux crépus, elles ne se sentiront pas obligées de se lisser systématiquement les cheveux par la suite !

As-tu une personnalité qui t’inspire au quotidien ?

Quand j’étais petite il y avait peu de noirs à la télé, et tous quasiment étaient des hommes ! Mes « idoles » étaient celles de mes parents : Mohammed Ali, James Brown ont été les premières personnes dans les médias à qui j’ai pu m’identifier…. plus tard j’ai lu Angela Davis.

Au quotidien, il y a tout un ensemble de personnes inspirantes, comme Christiane Taubira, l’actrice Viola Davis, Emmanuel Dongala, Buchi Emecheta, Chimamanda Ngozi Adichie, Françoise Sagan, Balzac, Virginie Despentes… et des personnes bienveillantes comme ma mère et ma famille. La bienveillance est fondamentale pour avancer !

Retrouvez les épisodes de La Crépue sur sa chaine Youtube et sa page Facebook !

Les Bouclées
A travers Les Bouclées, nous avons souhaité créer un cocon, un espace dédié à la compréhension du cheveu sous toutes ses formes. Pour cela, nous avons le désir de valoriser le contenu issu de l’expérience des influençeurs. Notre souhait est de permettre à chacun de découvrir et échanger des conseils, se les approprier, les adapter à son cheveu, essayer, échouer, et enfin et surtout, comprendre la beauté naturelle de son cheveu et la transmettre autour de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *