Blogueuses

Mamiky de Brownskin blog : “Il faut que les femmes noires passent au dessus des standards de beauté imposés et qu’elles acceptent leur propre beauté.”

Nous avons rencontré Mamiky, la fondatrice du blog Brownskin dédié à l’entretien et la coiffure du cheveu crépu au naturel.

 

Qu’est ce qui t’a poussé à créer Brownskin blog ?

Lors de mon entrée au lycée en 2008, j’ai fait un bigchop pour revenir au naturel. Je cherchais des informations pour soigner mes cheveux sur des forums et des blogs et un jour j’ai décidé de me lancer pour partager mon expérience et pour m’aider à suivre les différentes étapes de ma transition.

Pendant 1 an, j’ai fait beaucoup de coiffures protectrice car j’avais du mal à assumer mes cheveux en transition. Je recevais beaucoup de demandes de filles concernant la réalisation et l’entretien de mes coiffures, alors j’ai commencé à réaliser des vidéos et tutos coiffures pour partager mes tests et idées. Au fil du temps et de mes expériences, j’ai abordé d’autres sujets comme le soin de la peau, les produits pour enfants et le DIY (Do it Yourself) de produits.

Tu as créé ton blog quand tu étais lycéenne. Quel a été ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai commencé une école d’infirmière en sortant du lycée. En parallèle, j’ai suivi une formation de coiffure à distance que je n’ai pu achever faute de temps. Je suis ensuite devenue aide-soignante et ai commencé à travailler tout en conservant mon blog à coté, ce qui demande une beaucoup organisation !

En 2010, j’ai fait de la coiffure à domicile pendant 8 mois pour me faire un peu d’argent. Durant cette période, j’ai énormément appris sur le cheveu en coiffant différents textures et en découvrant les habitudes capillaires des filles, mais j’ai surtout réalisé le malaise des femmes noires et métissées par rapport à leur apparence. Il est difficile de s’affirmer en tant que personne quand on n’assume pas sa nature de cheveux ni sa couleur de peau. Nous nous sentons dénigrées face aux standards de beauté actuels, même s’ils commencent à évoluer depuis quelques temps.

Depuis quelque mois, j’ai arrêté mon métier d’aide soignante pour revenir à ma passion de la coiffure. Je souhaite commencer une formation de coiffure à plein temps à la rentrée et pouvoir partager tout ce que j’ai appris en tant qu’autodidacte. J’ai commencé mon blog pour transmettre mon expérience aux autres et aider les filles à se sentir plus à l’aise avec leurs cheveux et avec elles-mêmes, je veux continuer dans cette lancée. Pourquoi pas, devenir formatrice pour des professionnels !

“ Il est difficile de s’affirmer en tant que personne quand on n’assume ni sa nature de cheveux ni sa couleur de peau.”

Tu as réalisé ta transition en 2008 : quel a été ton déclic pour passer au naturel ?

J’ai eu les cheveux défrisés depuis mes 10 ans. Ma mère trouvait ca plus simple, puis j’ai enchaîné défrisage, colorations… Je ne sais pas comment mes cheveux ont fait pour survivre ! J’ai eu le déclic lorsque ma sœur s’est coupé les cheveux. ! Elle disait ne plus vouloir abimer ses cheveux alors j’ai tout coupé à mon tour.

Ma transition a duré 8 mois. Je laissais mes cheveux pousser et coupais les longueurs. Il y avait peu d’information et de soins spécifiques à la transition à l’époque donc me cheveux se cassaient beaucoup. Je cherchais des conseils sur les blogs anglophones, plus avancés que nous sur ce sujet. Encore aujourd’hui, beaucoup de choses pour les cheveux crépus existent au Royaume Uni ou aux US mais pas en France. Peu de coiffeurs sont formés au soin du cheveu crépu et la plupart n’utilisent pas de bons produits adaptés. Il est important de bien choisir son coiffeur pour que nos cheveux reçoivent des soins adaptés.

J’ai eu du mal à assumer mes cheveux afro au début de ma transition. Peu de personnes les portaient naturels donc j’attirais les regards des gens dans la rue. Mais au fur et à mesure j’y ai pris gout, j’aime qu’on admire mes cheveux !

Comment prends-tu soin de tes cheveux au quotidien ?

Hydratation et alimentation avant tout ! Se nourrir sainement et s’hydrater reste primordial pour avoir une belle peau et de beaux cheveux.

Chaque dimanche est dédié à mon corps et à mes cheveux. Je me démêle complètement les cheveux section par section, en utilisant de l’eau, de l’huile et un lait capillaire. Ils sont alors complètement démêlés ce qui me permet de moins m’en occuper la semaine. Tous les soirs, je mets un foulard en satin pour protéger mes cheveux durant la nuit et je vaporise un peu d’eau au réveil pour qu’ils conservent leur forme. Si j’ai envie de faire un petit effet, je fais des vanilles ou des tresses que je défais le matin.

“Se nourrir sainement et s’hydrater reste primordial pour avoir une belle peau et de beaux cheveux.”

Quels sont les produits de beauté dont tu ne pourrais pas te passer ?

J’adore le Lait capillaire Smoothie des Secrets de Loly ! C’est celui que j’ai connu en premier lorsque je suis passée au naturel et il ne m’a plus quitté.J’aime aussi beaucoup le savon noir Dudu Osun qui nettoie très bien les cheveux et les rend très doux.

J’ai découvert le gel de racine de guimauve au tout début de mon retour au naturel. Je cherchais un produit naturel pour définir les boucles, les gels à base d’alcool vendus dans le commerce desséchant énormément le cheveu. La racine de guimauve va créer un gel quand on la met à bouillir avec de l’eau. Le gel recueilli a beaucoup de propriétés dont celle d’être très hydratante et de démêler les cheveux. J’utilise également la mélasse noire en masque capillaire. La mélasse et le miel sont des humectants qui apportent beaucoup de douceur aux cheveux.

J’aime aussi les marques américaines Uncle Frankie’s daughter et Oyin Handmade. L’odeur de celle-ci est folle ! Les produits sont faits maison par un couple de Brooklyn. J’attends avec impatience qu’ils soient distribués en France !

Coté maquillage, j’aime beaucoup MAC et Black Up. Peu de marques de maquillage sont adaptées aux carnations de peaux noires en France et beaucoup de femmes oublient qu’avant le maquillage, le plus important est d’avoir une peau saine ! Un sujet dont on parle peu mais qui est encore très présent aujourd’hui : le blanchiment de la peau. J’ai rencontré l’association Label Beauté Noire qui milite pour faire prendre conscience aux femmes des risques de telles pratiques. Les produits utilisés sont très dangereux pour la santé

Tu es Maman d’un petit garçon et consacres une catégorie de ton blog aux parents. Comment t’occupes-tu de ses cheveux ? Reçois tu beaucoup de demande de parents, à la recherche de conseils pour s’occuper des cheveux de leur enfant ?

Quand il était tout bébé, j’utilisais des savons doux pour le corps et ses cheveux. Maintenant qu’il a deux ans, je peux enfin tester des produits pour enfants ! Il m’arrive aussi d’utiliser moi-même des marques pour enfants car leur formulation sont plus douces pour le cheveu. Je réalise moi même les produits pour mon fils et il m’arrive d’alterner entre Carolina B, Noire ô Naturel, Kids Curls et Phytospecific.

Il y a effectivement une forte demande de conseils de la part des parents d’enfants noirs ou métisses. Beaucoup me demande comment coiffer leurs enfants et quels produits utiliser : il s’agit en fait de techniques très simple que nos parents ne connaissaient pas avant ! Il suffit de prendre de l’eau, un peigne afro, une huile, et ca suffit ! Il faut aller à l’essentiel pour que ce ne soit pas long ni douloureux pour l’enfant.

Il est très important d’apprendre aux enfants à soigner leurs cheveux car ce sont eux qui vont faire changer les choses. En les éduquant aujourd’hui, ils vont naturellement s’accepter en grandissant et ne pas être complexés comme peuvent l’être certains adultes.

“Il est très important d’apprendre aux enfants à soigner leurs cheveux car ce sont eux qui vont faire changer les choses.”

Tu réalises aussi beaucoup de produits DIY: quel intérêt trouves tu à faire tes propres produits plutôt qu’à les trouver dans le commerce ? As tu des ingrédients fétiches ?

J’ai commencé à faire mes produits quand j’étais enceinte, il y a deux ans. Je voulais éviter d’utiliser des produits nocifs pour la santé de mon enfant donc je me suis tourné vers des labels bio pour me rapprocher le plus possible de compositions naturelles. J’ai identifié les produits qui me convenaient et je les ai reproduis moi-même, en adaptant la composition pour qu’elle corresponde mieux à mon besoin.

J’achète la plupart des ingrédients chez Aromazone. J’essaie de varier mais j’aime beaucoup les huiles :

– L’huile de pépin de raisin

– L’huile de moutarde

– L’huile de carapate

– L’huile de coco. Je n’utilise l’huile de coco qu’avec du beurre de karité, en faisant une chantilly beurre de karité / coco par exemple.

Quelle est la personnalité qui t’inspire au quotidien ?

J’ai découvert Erykah Badu, lors de mon retour au naturel et elle m’a vraiment inspiré niveau coiffure. Elle m’a permis de sortir de ma coquille et d’avoir confiance en moi. Sans oublier ma mère et ma sœur qui m’ont toujours poussé à être moi même.

Comment vois tu l’évolution du secteur du cheveu afro en France ?

Le secteur évolue, beaucoup d’initiatives font surface mais il faut que les femmes noires passent au dessus des standards de beauté imposés et qu’elles acceptent leur propre beauté. J’ai déjà coiffé des filles qui disaient ne pas oser porter un afro pour un entretien ou un examen suite à des réflexions du style « coiffe ta crinière ». Ces remarques sont pesantes et dénigrantes et nous devons les faire taire en apprenant à nous aimer et à nous assumer d’avantage.

“Il faut que les femmes noires passent au dessus des standards de beauté imposés et qu’elles acceptent leur propre beauté.”

Les magazines féminins essaient de traiter d’avantage le sujet de la beauté noire, mais il fait encore trop souvent l’objet de dossier spécial ou hors-série. Nous faisons partie de la société et ne devons pas être traitées comme un sujet à part. Certains essaient aussi de donner leurs propres conseils sans se tourner vers des femmes noires spécialistes de la beauté, ce qui leur fait transmettre des informations erronées. Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui de se faire entendre en interpellant les responsables qui se remettent en question. Nous avons d’avantage de moyens de nous faire entendre.

Je dirais comme mot de la fin à toutes les femmes noires et métissées d’ici ou d’ailleurs de s’aimer sans condition et de partager au maximum leur expérience et savoir faire pour en inspirer d’autres !


Retrouvez Mamiky sur son blog Brownskin !

 

Les Bouclées
A travers Les Bouclées, nous avons souhaité créer un cocon, un espace dédié à la compréhension du cheveu sous toutes ses formes. Pour cela, nous avons le désir de valoriser le contenu issu de l’expérience des influençeurs. Notre souhait est de permettre à chacun de découvrir et échanger des conseils, se les approprier, les adapter à son cheveu, essayer, échouer, et enfin et surtout, comprendre la beauté naturelle de son cheveu et la transmettre autour de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *