Myriam face à la camera lors d'un tournage pour sa chaine youtube
Blogueuses Interviews

Rencontre avec Myriam de la chaîne youtube Myriamprettysecrets

La première vidéo que nous avons vu de Myriam est celle où elle devait arrêter un mariage… Oui oui, vous avez bien lu ! Nous étions donc très loin de l’univers du cheveux même si celui-ci nous a rattrapé. Lors de notre rencontre, nous avons discuté de Youtube, de sa volonté d’y apporter une approche plus scientifique du cheveu, de l’acceptation de soi mais aussi et surtout de nombreux jeunes pour qui s’assumer entièrement, jusqu’au bout des cheveux lorsqu’on se construit peut être difficile…

Bonjour Myriam, pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Myriam, j’ai 25 ans et je tiens la chaîne youtube Myriamprettysecrets depuis 5 ans. Malgré quelques pauses du fait de mes voyages et de mes études, je suis revenue en Mars 2016 plus régulière et avec pleins de nouvelles idées !

Pourquoi avoir décidé de créer une chaîne youtube ?

J’ai fait deux ans de classe préparatoire avant d’intégrer une école de commerce. J’avais besoin d’une échappatoire au milieu des révisions et c’est comme ça que j’ai créé ma chaîne. C’était en 2011, je revenais au naturel et je regardais beaucoup de vidéos de Taren Guy. Elle m’a inspiré à raconter moi aussi mon aventure capillaire.

Mais comment as-tu fait pour assumer tes cheveux en regardant au départ Taren Guy qui n’a pas du tout ton type de cheveu ?

 Après mon big shop, je continuais à faire des brushings. Du coup, je n’avais pas ma vraie nature de cheveu. Ca a été très progressif et non pas un choc. Découvrir progressivement mes cheveux m’a aidé et au final, je n’ai pas du tout été déçue. Je trouve n’importe quelle nature de cheveu très belle. Je suis capable de dire que tel ou tel cheveu est beau saMyriam porte un twist out sur ses cheveux frisésns l’envier. Par contre, ce que j’envie c’est la facilité à coiffer un cheveu ! 

Revenons à Youtube, tu n’as eu aucune crainte à te glisser devant la caméra ?

« J’ai préféré la spontanéïté de Youtube à l’écriture d’un blog »

J’étais à l’aise derrière une caméra et à aucun moment je n’ai eu peur. C’était une autre époque, il n’y avait pas de pression, avoir un bon équipement n’était pas nécessaire. J’avais un petit appareil, la lumière et l’endroit importaient peu.

Malgré tout, j’aimerais apporter un contenu plus poussé sur ma chaîne où j’aborderais le cheveu sous un angle scientifique. Pour cela, je pense qu’un support est nécessaire. Le lancement de mon blog est donc prévu pour bientôt…

 

Comment décrirais-tu ta chaîne ?

Après ma pause, j’ai essayé de me diversifier. Je cherchais d’abord à me faire plaisir en attendant de définir ce que je voulais apporter de nouveau. Mes abonnés aiment en savoir un peu plus sur ma vie même si le fondement de ma chaîne reste le cheveu.

« Le fondement de ma chaîne est le cheveu. »

 C’est un sujet qui me passionne. On a tendance à croire qu’il n’y a plus rien de nouveau à ajouter vu le nombre de vidéos sur Youtube mais finalement, on retrouve beaucoup de répétitions et de faux mythes. Non l’eau n’hydrate pas et non, il ne faut pas dormir avec son après-shampoing pour ne citer qu’eux !

A mes débuts, je n’avais pas forcément pris le temps d’approfondir mes connaissances et j’ai été maladroite avec certains de mes propos. C’est quelque chose que je ne veux plus faire. J’aimerais désormais casser ces mythes dont ma vidéo « mes cheveux sont morts » représente les prémisses. J’ai peur du syndrome de l’imposteur du coup, je me suis mise à creuser, j’ai envie d’être certaine des informations que j’apporte à mes abonnés.

Un conseil pour quelqu’un qui veut se lancer sur Youtube ?

 Un bon matériel, une bonne lumière et une caméra sont aujourd’hui essentiels pour commencer. Ensuite, il faut trouver un sujet qui te passionne car sur Youtube, c’est surtout la personnalité qui va faire la différence.

 

Myriam, youtubeuse aux cheveux frisés

Un conseil pour quelqu’un qui n’assume pas vraiment ses cheveux crépus, frisés ou bouclés ?

Ca dépend de l’étape où se trouve la personne. S’assumer soulage et enlève un poids. Etre angoissé par le fait de mettre la tête sous l’eau ou parce qu’il pleut est une perte d’énergie. Les gens le comprennent de plus en plus. Le cheveu crépu et frisé est hyper versatile, on peut changer de tête au gré de nos envies et c’est ce qu’il y a de génial avec lui.

« Bien souvent, les barrières sont dans nos têtes alors que la société a évolué »

On croise  de plus en plus de gens avec leurs cheveux naturels dans la rue, est-ce que tu as pu également constater cette évolution des mentalités avec tes abonnés ?

Avant, mes abonnés étaient majoritairement spectateur de mon aventure capillaire alors que maintenant, ils sont plus engagés. Je le constate dans leurs commentaires, ils posent des questions justes et comprennent de mieux en mieux leurs cheveux.

J’ai aussi beaucoup de commentaires de jeunes. Si la population noire et métissée a bien assimilé les techniques, les jeunes pour la plupart blanches aux cheveux bouclés, frisés ne savent pas du tout comment s’y prendre. Un jour, alors que j’étais dans un salon, j’ai même entendu une mère dire de sa fille « c’est vaiment l’anomalie de la famille, on a tous les cheveux lisses, je ne sais pas d’où elle a pris ses cheveux bouclés ».

Les jeunes se comparent beaucoup. Au lycée, les filles considérées comme les plus belles sont celles avec les cheveux lisses. Dans le cas contraire, elles sont moquées. Ces témoignages reviennent très souvent dans mes commentaires sur Youtube et ont le plus de like.

« Les filles considérées comme les plus belles sont celles avec les cheveux lisses. Dans le cas contraire, elles sont moquées »

Lors de ma transition, j’ai moi aussi eu des commentaires désagréables mais j’ai tenu bon. J’ai craqué pour quelques brushings mais j’ai procédé par étape. C’est dommage de s’en remettre au regard des autres. Il faut qu’elles s’imposent, c’est le message que j’essaie de leur faire passer. Après, je n’ai aucun souci avec la pratique du défrisage si ce n’est qu’il faut le faire pour soi et non pas pour le regard des autres.

« Il faut qu’elles s’imposent, c’est le message que j’essaie de leur faire passer. »

Myriamprettysecrets

Selon toi, qu’est ce qui permettrait aux plus jeunes de s’assumer un peu plus ?

 Au lycée, plus il y a de gens qui te ressemblent et plus c’est facile de s’assumer malheureusement. Le fait de croiser quelques filles aux cheveux bouclés, crépus ou frisés dans la rue ne va pas changer la donne de manière permanente. Quand tu es jeune, s’assumer est une question de caractère, même si, paradoxalement, c’est à cette période qu’on se forge. L’important est d’avoir l’envie profonde de s’assumer.

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

J’aimerais me tourner vers le coaching personnalisé ou l’organisation d’ateliers capillaires. J’ai déjà abordé la question avec mes abonnés et ils sont intéressés. C’est un projet que j’aimerais concrétiser à moyen terme. Cela me permettra de les rencontrer, qu’on passe un bon moment et de leur transmettre mon savoir.

Quelle est la personne qui t’a inspiré à entreprendre ton aventure sur Youtube ?

Nous n’avons absolument pas les mêmes cheveux mais au tout début, c’est Taren Guy qui m’a inspiré. Je l’ai trouvé authentique, simple et elle le communiquait sur ses vidéos. Elle avait des boucles magnifiques, parlait des produits et n’a pas hésité à prendre des risques avec des tissages et des colorations. Elle a tout fait.

« Au delà de ses cheveux, c’est aussi son parcours que j’admire car elle a fait une très belle reconversion. »


 

Retrouvez Myriam sur sa chaîne youtube ou son instagram et n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires !

Les Bouclées
A travers Les Bouclées, nous avons souhaité créer un cocon, un espace dédié à la compréhension du cheveu sous toutes ses formes. Pour cela, nous avons le désir de valoriser le contenu issu de l’expérience des influençeurs. Notre souhait est de permettre à chacun de découvrir et échanger des conseils, se les approprier, les adapter à son cheveu, essayer, échouer, et enfin et surtout, comprendre la beauté naturelle de son cheveu et la transmettre autour de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *