Cheveux crépus
Les Portraits des Bouclées

Sarielle

Sarielle, 27 ans, Orléans

 

Une anecdote vécue avec les cheveux ?

Plus qu’une anecdote, c’est plutôt une histoire qui se répète assez souvent et je pense, va parler à beaucoup de filles. Certains matins, lorsque je me coiffe, il m’arrive de casser plusieurs élastiques à la suite. C’est très agaçant et à la fin, je finis par laisser à mes cheveux leur liberté, souvent parce que je n’ai même plus d’élastiques.

 

Quel a été ton déclic pour porter tes cheveux naturels ?

J’ai grandi en Martinique et à mon arrivée en France métropolitaine, la nature de mes cheveux a changé. On parlait un peu du retour au naturel et je voyais des filles sauter le pas autour de moi. Je ne me rappelais même plus de mon type de cheveux et petit à petit, l’idée a fait son chemin, j’ai moi aussi sauté le pas. C’était il y a 5 ans et depuis, mes sœurs, ma mère et mes tantes ont fait de même.

 

Ce que ça a changé ?

J’ai appris à accepter mes cheveux, à m’y intéresser, me coiffer. Plus globalement, j’ai appris à m’accepter.

 

Comment définirais-tu ta relation avec tes cheveux ?

C’est une relation assez compliquée. Je les comprends un peu mieux désormais mais pas tout à fait. On s’apprivoise. Il y a des matins où ça va et d’autres un peu moins.

 

Quel est ton type de cheveu ?

Il bouclé, il est crépu, j’ai plein de mélange dans mes cheveux.

 

As-tu un secret «beauté  à partager ?

J’ai deux secrets beauté :

Le weekend, je fais un masque composé de miel et d’huile d’olive qui nourrit mon cheveu et le rend plus souple.

Aussi, ma mère fabrique de la vaseline à base de cire d’abeille, d’huile essentielle de cannelle et de poudre contenue dans le noyau de la mangue.

 

Les Bouclées
A travers Les Bouclées, nous avons souhaité créer un cocon, un espace dédié à la compréhension du cheveu sous toutes ses formes. Pour cela, nous avons le désir de valoriser le contenu issu de l’expérience des influençeurs. Notre souhait est de permettre à chacun de découvrir et échanger des conseils, se les approprier, les adapter à son cheveu, essayer, échouer, et enfin et surtout, comprendre la beauté naturelle de son cheveu et la transmettre autour de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *